Changeons le « rapport Gaulois » à l’Entrepreneuriat : pour un 9ème levier de compétitivité !

Le 6 novembre 2012, Jean-Marc Ayrault présentait son Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi. Inspiré du rapport Gallois, il définit 8 leviers pour encourager la création d’Entreprise et l’Entrepreneuriat de croissance.

Et s’il existait un 9ème levier ? Un levier permettant de modifier le rapport qu’entretiennent les Français avec l’Entreprise, de changer le "rapport Gaulois" à l’Entrepreneuriat. Un moyen de valoriser l’Entrepreneur pour en faire un véritable modèle, un Aventurier des temps modernes qui deviendrait un exemple à suivre, quelqu’un à qui l’on a envie de s’identifier au même titre que les sportifs de haut niveau, les chanteurs, les acteurs. Un modèle d’ambition qui déclenche des émotions positives !

Les mots Entreprendre et Entrepreneur inspirent depuis trop longtemps un cortège d’émotions et de sentiments négatifs : peur, doute, anxiété, indignation voir parfois colère (contre le Patronat). Aujourd’hui, il faut mettre en place des actions qui vont modifier ce paradigme. Il faut que ces mots Entreprendre et Entrepreneur génèrent des émotions et sentiments positifs tels que l’enthousiasme, le désir, la joie, la fierté. C’est là l’objectif de ce 9ème levier d’action que je présente ici et qui propose des mesures concrètes et opérationnelles.
Récapitulatif des huit leviers tels que présentés le 6 novembre 2012 par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault dans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi :
1- Mettre en place un Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi,
2-
Garantir aux TPE, PME et ETI des financements performants et de proximité,
3-
Accompagner la montée en gamme en stimulant l’innovation,
4-
Produire ensemble,
5-
Renforcer les conquêtes de nos entreprises à l’étranger et l’attractivité de notre pays,
6-
Offrir aux jeunes et aux salariés des formations tournées vers l’emploi et l’avenir,
7-
Faciliter la vie des entreprises en simplifiant et stabilisant leur environnement, réglementaire et fiscal,
8-
Assurer une action publique exemplaire et des réformes structurelles au service de la compétitivité.

I- Pour un 9ème levier de compétitivité : changer le rapport à l’entreprise, célébrer l’Entrepreneurship, valoriser l’Entrepreneur

Le point faible de la France : quand Entreprendre et Entrepreneur déclenchent des émotions et sentiments négatifs...

Sans nous livrer à une analyse culturelle et sociétale, il convient de prendre conscience que l’assimilation des mots Entreprendre et Entrepreneur (c'est-à-dire l’acte ainsi que la personne qui porte cet acte) à des émotions et sentiments négatifs de type peur, doute, anxiété, colère, est un lourd Handicap à la compétitivité. Pour des raisons diverses et variées, l’Entreprise en France n’a pas une bonne image.
Effet direct : les sentiments à l’endroit de ceux qui créent, croissent et dirigent revêtent une tonalité négative qui mine le dynamisme du pays. Le mythe du patron voyou est un exemple frappant de l’effet toxique des amalgames.  

Alors ce lundi 12 novembre 2012, je suis allé traîner mes guêtres à Bercy dans le cadre des Journées de l’Entrepreneur, puis je me suis rendu à l’ESCP pour la « fête des Entrepreneurs ».
Voici, pêle-mêle, quelques unes des expressions prononcées par Pierre Moscovici, Laurence Parisot, Philippe Hayat, Jean-Yves Gilet, Fleur Pellerin, Pierre Gattaz, Antoine Gosset-Grainville et Daniel Isenberg : « Pacte de confiance », « en finir avec le French bashing », « changement de climat », « il faut que nous apprenions à croire en nous », « enthousiasmer », « Entreprise Friendly », « développer une énergie pour changer les choses », « communiquer positivement », « les fantômes créent la peur », « thérapie volontariste »…
J’ai été frappé par cet espoir latent, presque inconscient, cristallisé dans ces mots. L’espoir que ce Pacte de confiance avec ses huit leviers puisse insuffler à l’écosystème Entrepreneurial les sentiments positifs qui lui permettront de fonctionner à plein régime.

Et bien c’est là tout l’intérêt de ce 9ème levier de compétitivité : il vient justement compléter les huit autres en veillant à ce que la notion d’Entreprise déclenche de l’enthousiasme, de l’optimisme, du désir, de la joie, de la fierté ! Tout l’enjeu se trouve ici : modifier le paradigme actuel, néfaste et contre-productif, pour le remplacer par une perspective hautement positive, génératrice d’énergie d’action et de confiance. 

II- Pour un changement de paradigme : valoriser l’acte d’Entreprendre ainsi que l’individu Entrepreneur

La clé : diffuser massivement l’idée selon laquelle l’Entrepreneur est un héros des temps modernes

Cette idée forte est le pilier de ce 9ème levier d’action. C’est la croyance qu’il faut cultiver au travers toutes les franges de la population, du collégien au retraité. En parant celui qui créé, croît et dirige des qualités d’un héros moderne, on fait évoluer le paradigme dans un sens qui génère les émotions positives recherchées : enthousiasme, optimisme, désir, joie, fierté. De ce fait, on remplace les sentiments négatifs handicapants et contre-compétitifs par des sentiments stimulants et motivants propres à augmenter la confiance et la compétitivité et ce, en total congruence avec l’esprit de ce Pacte.

Le héros c’est celui qui porte un rêve. 
C’est l’individu qui nourrit de hautes ambitions pour lui-même et qui se fixe des objectifs exigeants. Ce rêve, c’est le projet qu’il a lui-même imaginé et qu’il cherche à concrétiser au travers de sa démarche Entrepreneuriale.

C’est celui qui se lance dans une aventure.
 Car oui, l’entrepreneuriat est avant tout une aventure. Avec ses pérégrinations, ses rebondissements, ses coups de théâtre, des obstacles, des conquêtes, ses victoires ! L’entrepreneur c’est celui qui ouvre la voie, l’éclaireur qui avance vers son but malgré l’incertitude et le doute. Pourquoi les sponsors du Vendée Globe investissent-ils tous ces millions ? Ils le font pour récupérer, aux yeux du grand public, une partie des qualités que l’on prête au skipper. Cet individu qui va mettre sa vie en péril, bravant les milieux hostiles, est automatiquement perçu comme un aventurier, un personnage hors norme crédité de certaines qualités rares auxquelles on attribue beaucoup de valeur. Un individu qui déclenche de l’émotion, des sentiments positifs, de la fascination. En s’associant à son Entreprise (dans le sens entreprendre la course), le sponsor récupère une partie non négligeable des sentiments que le grand public nourrit à l’égard du Skipper. Il est important de garder à l’esprit que le défi, le challenge, le dépassement sont autant d’actions qui peuvent être fortement valorisées.

C’est celui qui fait preuve d’audace, de courage et de foi. 
C’est celui qui sait mobiliser suffisamment d’énergie et de confiance pour surmonter les obstacles et se frayer une voie vers ses objectifs. L’audace, le courage, la foi en son projet. Autant de sentiments positifs et dynamisants qui permettent de se mettre en action et de persévérer sur la voie de la réussite.

C’est celui qui prend le risque d’échouer. 
L’aversion à l’échec est un mal typiquement Français. Il faut redonner à cette notion les qualités dont la culture l’a déchu. Dan Serfaty, fondateur de Viadeo, nous a livré Lundi lors des ces journées de l’Entrepreneur une citation impactante qu’il a entendu aux États-Unis : « L’échec, pour un Entrepreneur Américain, c’est comme une cicatrice pour un chef mafieux : c’est un signe de respectabilité ».

C’est celui qui active ses talents.
 L’Entrepreneuriat exige que soit mobilisé 100% de ses capacités. C’est donc une aventure vertueuse puisqu’elle nécessite que soient développées ces fameuses "Entrepreneurship Skills", compétences lui permettant d’évoluer dans son écosystème en activant différentes ressources selon les situations rencontrées : la confiance, pour être sûr de sa valeur, diffuser de l’énergie à ses collaborateurs, sécuriser un client, négocier avec sérénité. La persuasion, pour obtenir un rabais, remporter un contrat, défendre ses marges, convaincre un Capital-Risque. L’adaptation, pour improviser une présentation face à une audience moins experte que prévue, élaborer une stratégie d’urgence sous peine de perdre un gros client, adopter une communication de crise suite à un scandale… La créativité, pour imaginer la « killing idea » qui fera gagner 8 points de part de marché, mettre sur pied une stratégie de distribution innovante, doper le rendement de la cellule R&D. La régulation émotionnelle, pour garder son sang froid lorsqu’un collaborateur sort de ses gonds, garder son équilibre alors que la journée a été particulièrement stressante, tenir à distance le burn-out. Les aptitudes relationnelles, pour mettre un client à l’aise, aborder un prospect au cours d’un cocktail, séduire un investisseur potentiel lors d’un congrès. L’intuition, pour prendre un virage stratégique alors que tout l’entourage plaide pour une autre voie, recruter quelqu’un en se fiant à son « feeling », élaborer un produit innovant en se reposant plus sur son intime conviction que sur une étude de marché.

C’est surtout celui qui crée. De la richesse, de la croissance, de la valeur, des emplois. L’entrepreneur est avant tout un créateur. Au même titre que l’artiste qui produit des idées, des regards décalés, des chocs émotionnels, de l’esthétisme, des questionnements, l’individu qui entreprend crée une richesse qui se diffuse dans la société et alimente celle-ci à tous les niveaux. Il faut véhiculer cette idée de création car elle sous-entend l’idée de croissance.

C’est celui que l’on a envie de suivre. Bien que l’entrepreneuriat puisse se jouer en solo, il arrive souvent que cela fédère plusieurs personnes. Qu’ils soient partenaires, associés, salariés ou même clients, tous ont franchi le pas de le suivre parce qu’il a suscité cette envie chez eux. En ce sens et pour reprendre une des expressions utilisées par Joanna Drake (European Commission DG Enterprise & Industry, Directorate SME’s & Entrepreneurship), l’Entrepreneur est une véritable « Job Machine » qui amène les autres dans son sillage et se révèle bien souvent moteur d’emploi. 

C’est celui qui fait grandir les autres. A son contact, ils ont appris, se sont développés, ont évolué. L’Entrepreneur est en constante interaction avec ses clients, associés, employés. Par ses qualités et sa constante recherche d’amélioration, il « contamine » son entourage et participe à l’améliorer. 

C’est celui que l’on veut imiter. C’est l’un des meilleurs effets de levier qu’induit la valorisation de l’Entrepreneuriat. En érigeant l’Entrepreneur au rang de modèle, d’exemple à suivre, on génère une dynamique qui amène les autres à s’investir dans des projets. Très vite, c’est toute la culture qui se transforme et qui devient un terreau favorable à la création et à la croissance. 

III- Mesure concrète : un National Entrepreneurship program à deux volets pour faire évoluer l’écosystème dans le sens de la compétitivité 

1- Le volet sensibilisation, stimulation et libération d’énergie

Grâce au maillage national des Chambres de Commerce et d’Industrie, il est possible de déployer un programme global visant à sensibiliser et stimuler les créateurs afin de libérer leur énergie créatrice et augmenter leur sentiment de confiance. Un programme simple qui repose sur une conférence intitulée « Entrepreneurs, vous êtes les héros de la 3ème révolution industrielle ». Ce format (1h + 1h d’échanges) est totalement adapté à l’objectif de stimuler un grand nombre de personnes en un temps réduit. En optimisant ces deux variables que sont l’énergie et la confiance, on alimente mécaniquement l’optimisme, véritable carburant de la compétitivité. Cette mesure agira directement au cœur de l’écosystème Entrepreneurial par la libération massive des énergies créatrices. Au total, ce serait 45 000 créateurs et Entrepreneurs qui bénéficieraient directement de ce programme de sensibilisation et de stimulation. 

2- Le volet média : une WebTV Entrepreneurship Skills & Entrepreneurs modèles 

Venant en appui du 1er volet et régulièrement alimentée par des web-émissions où des dizaines d’Entrepreneurs de renom livreraient leurs conseils et leurs clés de réussite, cette WebTV se veut un véritable outil destiné à valoriser l’Entrepreneurship. Il serait également judicieux de générer des contenus axés Entrepreneurship Skills afin de fournir des boîtes à outils pratiques, ludiques et opérationnelles pour encourager le développement de ces capacités. Parallèlement à cette fonction pédagogique, ce média servirait également à communiquer sur les success stories à la Française afin de créer ce fameux "déclic Entrepreneurial", notamment chez les jeunes générations. La vidéo est un média très efficace, cela en raison de son caractère à la fois informatif et entertainment. Cette web-TV hébergée sur un site dédié permettrait de diffuser auprès d’un vaste public la notion clé que l’Entrepreneur est un héros des temps modernes. La ligne éditoriale veillerait à ce que soit véhiculée l’idée selon laquelle l’Entrepreneur, c’est celui qui porte un rêve, celui qui se lance dans une aventure, celui qui fait preuve d’audace, de courage et de foi, celui qui prend le risque d’échouer, celui qui active ses talents, qui crée, que l’on a envie de suivre, qui fait grandir les autres et que l’on veut imiter. Ce média, qui aurait un rôle pivot dans la campagne de valorisation, pourrait voir ses contenus traduits en langue Anglaise avec à la clé un vrai rayonnement international propre à neutraliser le "French bashing". 

La France doit devenir une "Great place to Create"


A l’instar de la société Pepsico France qui a obtenu trois années d’affilé le prix de « best place to Work » de la part de l’institut Great place to work, il faut que la France devienne une véritable "great place to create", c'est-à-dire un pays "Entreprise Friendly" qui offre un écosystème Entrepreneurial propice, un terreau favorable à la création et l’Entrepreneuriat de croissance. C’est bien là l’ambition qui sous-tend ce Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi, avec ses 35 mesures et ses huit leviers.

Ce 9ème levier, en diffusant massivement l’idée que l’Entrepreneur est le vrai Aventurier des temps modernes, contribuera à accélérer l’évolution des mentalités pour que l’acte d’entreprendre ainsi que l’individu qui le porte soient des modèles de vie fortement valorisés, générant les mêmes vocations que les sportifs de haut niveau, les chanteurs et les acteurs. Des exemples à suivre qui déclenchent un cortège d’émotions et de sentiments hautement positifs tels que le désir, l’enthousiasme, l’optimisme et la fierté.

---------------------------
Chronique co-écrite par Joël Luzi & Sean Luzi. 

Autour du même sujet