Franchise : comment savoir si un concept est rentable ?

Rentabilité d'une franchise Attention à ne pas se précipiter sur l'enseigne la moins chère. Des coûts élevés peuvent cacher une efficacité maximale.

La rentabilité d'un concept de franchise est au cœur de la décision d'investissement du porteur de projet, qui se demande si "cela vaut vraiment le coup" de payer un droit d'entrée puis des redevances tous les mois pour faire partie d'un réseau. En d'autres termes, il s'agit de savoir si le modèle proposé par une enseigne est suffisamment performant pour garantir un montant de revenus supérieur aux capitaux investis, une fois les diverses charges payées.

Evaluer les droits d'entrée et royalties

Un porteur de projet pourra être naturellement tenté de comparer les coûts des diverses franchises, de façon à choisir la moins onéreuse. C'est une erreur. Tel un consommateur confronté à plusieurs produits, mieux vaut mettre en balance différentes caractéristiques et analyser si le prix demandé est cohérent avec l'offre.

Pour rappel, le droit d'entrée doit englober l'accès à la notoriété d'une marque, son savoir-faire, un état local du marché, une formation initiale et enfin une assistance à l'ouverture du point de vente. Selon le degré d'implication du franchiseur et la finesse de son apport, notamment en termes de savoir-faire et de réputation, ce montant varie d'une franchise à l'autre. En général, il oscille entre zéro et 25 000 euros.

Les redevances d'exploitation et de publicité, elles, sont censées rémunérer les différents services rendus par l'enseigne comme l'accompagnement du franchisé, la communication nationale ou encore la formation continue. Autant d'apports qui varient d'un réseau à l'autre. Le futur franchisé doit tenir compte de ces impératifs financiers dans le calcul de son prévisionnel et de son seuil de rentabilité.

Mener sa propre enquête

Au-delà du "prix" d'une franchise, il convient de se renseigner sur la performance des points de vente existants pour jauger la rentabilité d'un concept. Dans le document d'information précontractuelle remis obligatoirement à tout candidat à la franchise avant signature du contrat, le franchiseur doit lister les coordonnées de tous les franchisés actuels ou ayant quitté le réseau dans l'année. Au candidat, donc, de les contacter afin de recueillir leur témoignage. Surtout, s'enquérir des raisons de sorties des derniers franchisés (faillites, litiges avec la tête de réseau, réorientation, etc.).

Autre indicateur : la performance des succursales. Par définition, la franchise repose sur la duplication d'un modèle ayant fait ses preuves. Les sites propres de l'enseigne servent généralement de point de départ et de référence. S'ils présentent de bons exercices comptables, cela augure un concept pertinent. L'inverse étant à surveiller de près. 

Mesurer les facteurs extérieurs

Il est d'usage de répéter que ce qui fait le succès d'un commerce, c'est "l'emplacement, l'emplacement et l'emplacement". Un excellent concept peut donc faire chou blanc si le point de vente se trouve éloigné de toute zone commerciale attractive. Il incombe au futur franchisé de réaliser l'étude de marché la plus pointue possible avant de choisir un local où implanter son fonds de commerce (le franchiseur n'est tenu de fournir qu'un état de marché, trop généraliste pour suffire à prendre une telle décision).

Enfin, il ne faut pas oublier qu'un franchisé est un chef d'entreprise comme un autre, seul capitaine à la barre de son affaire au quotidien. Que ce soit dans l'élaboration de son business plan ou dans le pilotage de son entreprise, le franchisé reste seul responsable aux yeux des tribunaux (sauf cas spécifique) de la bonne santé de son unité. D'où l'importance de rester vigilant quant aux chiffres prévisionnels communiqués par le franchiseur. La motivation de l'entrepreneur, son implication et ses talents de gestionnaire conditionnent aussi ses chances de réussite.

Franchise / Rentabilité