L'Arctique, le nouveau paradis des investisseurs Le réchauffement climatique ouvre de nouvelles routes maritimes

un navire garde-côtes canadien dans l'océan arctique. le canada compte
Un navire garde-côtes canadien dans l'océan arctique. Le Canada compte surveiller fermement le passage des navires sur son territoire. © Jessica K.Robertson / USGS

Pour la première fois de l'histoire, le passage d'Amundsen, au pôle nord canadien, n'a pas gelé en 2008. Le réchauffement climatique entraîne une diminution inexorable de la calotte glacière, ce qui libère des glaces les passages Nord-est et Nord-ouest en Arctique.

Cette ouverture pourrait constituer une véritable révolution. Les marchandises pourraient économiser des milliers de kilomètres de trajet et éviter le canal de Suez et le Canal du Panama, déjà surchargés Le Beluga Group, une compagnie maritime basée à Brême, prévoit d'emprunter le passage Nord-est pour le transport de marchandises entre l'Allemagne et le Japon.

Ce développement pourrait donner lieu à une nouvelle bataille diplomatique. En théorie, la navigation dans le grand nord est libre, mais plusieurs Etats réclament des droits de passage. La Russie affirme par exemple que les conditions de navigation nécessitent une surveillance spéciale et exige un contrôle du trafic et une taxe. La Canada a les mêmes revendications et mène une politique agressive de reconquête, avec le déploiement massif de navires garde-côtes et de bases militaires.

CANAL + / Réchauffement climatique