Comment recruter des jeunes diplômés en 2011

Depuis la crise financière, le marché de l’emploi observe des tendances fortes touchant les jeunes diplômés. Le volume croissant de candidatures rencontre une exigence de plus en plus affirmée chez les recruteurs à la recherche de profils adaptés. Soumises à une pression budgétaire croissante, les entreprises se doivent d’optimiser leurs processus afin de répondre efficacement à ces défis

Un marché du travail saturé face aux pressions budgétaires
Ces trois dernières années ont vu une diminution notable du nombre de postes dédiés aux jeunes diplômés, causée par la contraction de l'économie mondiale. En conséquence, leur taux de chômage est à son plus haut niveau depuis 12 ans. La compétition est d'autant plus vive que la CEE produit chaque année sept millions de nouveaux diplômés, tous ayant le droit de travailler dans l'un des états membres.
Contrairement aux idées reçues, de récentes études ont montré que la Génération Y (les jeunes travailleurs ayant grandi dans les années 80 et 90) est optimiste, ambitieuse et curieuse, bien que peu encline aux lourdes charges de travail. Peut-être alors assistons-nous à l'émergence d'une nouvelle génération qui est moins blasée et plus reconnaissante du monde du travail.
D'autre part, une forme d'insatisfaction à l'égard des techniques de sélection des candidats apparaît. En effet, certains critères universitaires se révèlent peu pertinents et ne semblent pas en rapport avec l'efficacité professionnelle. Cela concerne autant le niveau de diplôme que les références aux clubs, sociétés et associations d'anciens élèves.
Or les recruteurs doivent opérer une sélection parmi des centaines voire des milliers de candidatures, non seulement de manière équitable afin de protéger l'image de marque employeur de leur entreprise, mais surtout le plus efficacement possible tout en contrôlant les budgets. Et cet impératif est d'autant plus concret lorsque l'on sait que le coût moyen pour le recrutement d'un jeune diplômé est estimé à 10 000 euros.

Conseils aux candidats et aux entreprises

Il existe une nette dichotomie entre ce que recherchent les recruteurs et ce que les diplômés offrent dans leur ensemble. Pourtant les entreprises et les institutions publiques incitent les universités à développer l'employabilité des étudiants en fin de cursus. Mais ce n'est pas chose facile au vu du nombre de parties impliquées.
En premier lieu, les étudiants ont tout intérêt à s'engager activement et précocement sur le marché de l'emploi. Les stages et les formations en alternance sont une bonne méthode. L'échelle de salaires étant toujours un point crucial, le développement de carrière demeure essentiel. Il est donc important pour ces étudiants d'adopter une démarche pro-active avec une vue à long terme.
Si auparavant la phase de recrutement des diplômés démarrait à la fin de leur cursus, il est aujourd'hui particulièrement intéressant de rechercher les talents très tôt. Les recruteurs doivent motiver les candidats à s'engager en amont dans leurs démarches pré-emploi. Un grand nombre de candidats entraîne une sélection raisonnée. Le processus d'attraction et de sélection devrait être revu en tenant compte de ces facteurs, afin d'assurer qu'il demeure rentable et adapté.

De nouvelles solutions pour accompagner les entreprises dans leurs démarches de recrutement

Les solutions adaptées au recrutement des jeunes diplômés entraînent une économie de temps et de moyens considérable. En effet, elles permettent de filtrer les candidatures inadéquates très tôt dans le processus, et ainsi de se focaliser sur les profils les plus pertinents. Cela entraîne de facto une meilleure qualité des candidats.
Les présentations réalistes de poste, les tests situationnels et d'aptitude dédiés, et les interfaces interactives (animation flash, avatar, vidéo ou texte et audio), sont autant d'outils qui améliorent l'expérience candidat. En assurant un processus harmonisé, juste et équitable, le recruteur promeut l'image de marque employeur.
Au-delà de la phase de sélection, ces nouveaux outils technologiques permettent non seulement de définir le potentiel des candidats en évaluant leurs performances futures, mais créent également les bases des plans de développement de carrière.
En résumé, les recruteurs recherchent des compétences rares dans un vivier de jeunes diplômés en plein essor. Ils doivent obtenir plus de résultats avec moins de ressources. Mais de nouvelles méthodes efficaces existent. Et elles permettent aujourd'hui d'attirer et d'évaluer les candidats, tout en défendant les valeurs, la culture et l'image de l'entreprise.

Autour du même sujet