Big Data un secteur qui peine de plus en plus à recruter en France

Les entreprises françaises et plus largement européennes font face à un véritable fléau, la pénurie grandissante d’experts en traitement de la donnée.

Avec une hausse constante du nombre de visiteurs chaque année, le salon big data est plus que jamais l’évènement à ne pas manquer pour les acteurs du secteur . Une multitude de profils participait à cette édition. Professionnels de la donnée, ingénieurs en reconversion, docteurs, étudiants... Cela traduit bien l’intérêt du grand public pour le Big Data et la Data Science, même si certains aspects restent flous ou mal assimilés.

De nombreuses sociétés avaient également fait le déplacement à l’évènement avec pour but de pourvoir leurs besoins en compétences dans le domaine. Car ces entreprises françaises et plus largement européennes font face à un véritable fléau : la pénurie grandissante d’experts en traitement de la donnée.
Les Datas Scientists ou Big Data analystes préfèrent souvent s’expatrier à l’étranger et plus particulièrement aux États-Unis où les salaires sont plus importants et les offres plus nombreuses. Les États-Unis ne sont pas cependant épargnés et prévoient un manque de 190 000 professionnels en 2018 . Accueillir un étudiant en contrat de professionnalisation est un bon moyen d’investir dans le domaine en permettant à un futur expert d’appliquer ses connaissances fraichement acquises dans un contexte industriel. 

La situation est d’autant plus difficile que la fuite de ces cerveaux faisait l’objet durant le salon d’une table ronde « Data Scientists, Data Managers, Architectes et Chefs de Projet Big Data : Recruter les compétences clés de vos projets ». Et les postes de data scientistes, ne sont plus les seuls à être impactés, c’est toute la nébuleuse du traitement de la donnée qui est directement touchée. C’est donc tout le secteur qui doit se mobiliser pour pallier ce manque de main-d’œuvre. Data ScienceTech Institute (DSTI) lancera pour sa part à la rentrée 2016 des programmes Bachelor, afin d’offrir à des étudiants de niveau Bac+2 la possibilité d’accéder à des fonctions supports nécessaires à l’écosystème, par exemple, technicien de la donnée.

Car avec l’avènement des objets connectés ou encore l’open data, le Big Data reste l’un des secteurs les plus porteurs. Quantmetry, affirmait ainsi en mars 2016 qu’il y avait 4,4 millions d'emplois de data scientistes dans le monde en 2015, dont seulement 40 % pourvus . Les besoins en experts vont donc croitre de manière exponentielle dans les années à venir. Dans ce contexte et face à un marché de l’emploi compliqué, les métiers du numérique son pour les étudiants une réelle opportunité de décrocher un emploi à la fin de leurs études.

Autour du même sujet