Les attaques de pirates proWikileaks ni massives ni sophistiquées

Chiffres à l'appui, Craig Labovitz, expert en sécurité d'Arbor Networks s'applique à relativiser l'ampleur de la riposte des partisans de Wikileaks.

Sur le blog d'Arbor Networks, commercialisant des solutions anti-DDoS (Déni de Service Distribué), l'un de leurs experts en sécurité Craig Labovitz rappelle que deux critères prévalent pour évaluer ce type d'attaque : l'ampleur et la sophistication. Or les attaques informatiques menées pour soutenir WikiLeaks restent faibles sur ces deux points.

Craig Labovitz observe qu'elles n'ont pas généré plus de 5Gbits/sec du trafic dirigé vers les sites ciblés, alors que les attaques à 50 Gbits/sec sont fréquentes. La plus forte attaque recensée en 2010 a même atteint 70 5Gbits/sec. Par ailleurs, le cheval de Troie Loic, volontairement installé puis utilisé pour réaliser ces attaques a sans doute été téléchargé plus de 100 000 fois, mais le nombre simultané d'attaquant n'a été que de quelques centaines et n'a jamais dépassé le millier. Enfin, l'expert précise que les attaques n'étaient guère sophistiquées, bon nombre d'utilisateurs de Loic n'ayant pas rendu anonymes leur IP.

Pirate / Cheval de Troie