E-mailing : les e-marketeurs livrent leurs meilleures astuces Ne pas stimuler les NPAI et adresses silencieuses

taux trimestriels moyens de npai en 2007
Taux trimestriels moyens de NPAI en 2007 © Exeperian CheetahMail France

Une base modeste de contacts réactifs vaut mieux qu'un fichier conséquent mais peu entretenu. Certains annonceurs disposent par exemple d'un taux élevé d'adresses dormantes (inactives ou n'ayant pas été utilisées depuis longtemps). Or le fait qu'un grand nombre de destinataires n'ouvrent pas les e-mails d'un annonceur influe sur les performances d'une campagne mais aussi sur la classification des messages de cet émetteur par les éditeurs de services de messagerie.

 

NPAI et adresses silencieuses sont donc à bannir d'une base de contacts. En particulier les taux de NPAI, particulièrement élevés en fonction des secteurs d'activité des annonceurs. Les adresses peu réactives sont également loin d'être essentielles, surtout si aucune action n'a été effectué suite à un envoi depuis un an. Il convient donc de soigner l'hygiène de son fichier. Une bonne base doit être propre et régulièrement actualisée. Il faut également la stimuler fréquemment et intelligemment. Le bénéfice se traduit en gain d'efficacité des campagnes et en économies de routage.

Maximiles / E-Mail marketing