Directeur digital : qui pilote le numérique des grands groupes ? Philippe Koechlin, responsable des médias digitaux chez Total

Sa mission

philippe koechlin, responsable des médias digitaux chez total.
Philippe Koechlin, responsable des médias digitaux chez Total. © Total

Philippe Koechlin a rejoint les effectifs de Total il y a 15 ans. Mais sa nomination au poste de responsable des médias digitaux est plus récente. En 2008, la direction de la communication fait appel à lui – pour son parcours 100% digital, qu'il qualifie d'"assez atypique dans le groupe" – pour monter un projet de portail d'entreprise.

"Dans les filiales un peu éloignées, les collaborateurs ne savent même pas comment Total est organisé, regrette le manager de 41 ans, perché au 43e étage de la tour située à la Défense. L'idée est que partout dans le monde, quelle que soit l'entité dans laquelle on travaille, les outils soient communs. On passera de 300 Intranet à un seul pour tout le groupe."

Il n'aura fallu qu'un an à Philippe Koechlin pour passer de chef de projet à responsable d'une équipe de 15 personnes. Il assure également la rédaction en chef des principaux médias corporate, dont Total.com.

Ses réalisations

Depuis qu'il orchestre la stratégie digitale de Total, Philippe Koechlin a consacré la majeure partie de son temps au déploiement de l'Intranet unique. D'autant qu'il lui aura fallu s'armer de patience. "Cela m'a pris environ 6 mois pour convaincre toutes les filiales opérationnelles de travailler ensemble, puis encore 6 mois pour convaincre le top management et le Comex de Total que l'Intranet était un vrai sujet et qu'il permettrait de faire travailler ensemble les ingénieurs de Paris, d'Afrique du Sud et d'Asie", raconte le dirigeant.

Depuis 4 ans, Philippe Koechlin développe un Intranet unique pour les 300 filiales de Total

Et comme le coût global du projet était élevé, Philippe Koechlin a dû attendre encore un an avant que les budgets soient débloqués. "Le temps de recruter les chefs de projet, on a commencé à travailler dessus fin 2011, se souvient-il. En 2012, nous avons eu un problème avec l'intégrateur, donc nous avons fait une pause de 6 mois. Le projet a redémarré en septembre de l'année dernière."

Son parcours

Philippe Koechlin a obtenu un diplôme d'ingénieur à Supélec. Il a débuté en 1995, dans une SSII, séduit par la dimension internationale de l'entreprise qui n'était autre qu'Axime, l'ancêtre du géant Atos. Il travaillait sur un système monétique pour Aral et Esso. "Quand je suis sorti de l'école, je me suis dit qu'il ne fallait surtout pas passer à côté d'Internet. Pourtant, je n'étais pas très doué en informatique. Je faisais même partie des plus mauvais de ma promo!"

"Comprendre et maîtriser les enjeux du digital fait partie du package d'un dirigeant"

Fasciné par la Toile qui se tissait sous ses yeux, le jeune homme alors âgé de 20 ans était convaincu qu'Internet allait prendre une place primordiale dans les stratégies d'entreprise. Jusqu'à l'éclatement de la bulle. "Le soufflé est retombé. C'est pour cela que je me suis réorienté vers du CRM (la gestion de la relation client, NDLR)."

En 1998, il est repéré par le service informatique de Total. Depuis, il n'a jamais quitté le pétrolier. "En 2001, j'ai quitté le service informatique pour le marketing, où je suis resté 6 ans. Je suis passé de filiales en filiales. En Allemagne dans les lubrifiants, pour réorganiser les forces de vente, mais aussi en Angleterre, en France et en Italie", énumère-t-il.

Où se voit-il dans 10 ans ? "Toujours dans le digital et à des niveaux de responsabilité élevés. Comprendre et maîtriser les enjeux du digital fait partie du package d'un dirigeant, au même titre que le sens du management ou l'aptitude à bien communiquer."