Le béni-oui-oui

N'hésitez pas à le mettre face à ses responsabilités. © igor - Fotolia.com
"Un chef béni-oui-oui ne filtre rien et accepte tout de sa hiérarchie, analyse Benjamin Fabre, en demandant l’impossible à sa propre équipe. Il faut donc le court-circuiter et faire ce qu’il ne sait pas faire : dire non". "Il faut le mettre en face de ses responsabilités, lui rappeler ce qu’il y a à faire et l’aider à se déterminer, renchérit Yves Maire du Poset, même si ce n’est pas le rôle d’un collaborateur de se substituer à son chef". Pour Hélène Jacob, "si le "béni-oui-oui" accepte tout de son propre chef avant de l’imposer à ses collaborateurs, il faut savoir collectivement dire non, lui faire front et le mettre face à ses contradictions : un chef doit avoir l’attitude d’un chef, pas d’un simple exécutant".
Suggestions de contenus