Réforme de l'assurance chômage : rien n'est gagné

Suivant le chemin emprunté par la CGT et FO, la CFTC a refusé de signer l'accord négocié par les partenaires sociaux à la veille de Noël sur le régime de l'assurance chômage. Pour l'instant, seule la CFDT a apporté son soutien au texte, le rendant ainsi applicable. La CFE-CGC doit se prononcer dans quelques jours. Néanmoins, cette absence de consensus peut conduire le gouvernement à demander une réouverture des négociations.

La réforme instaure un régime homogène pour les différentes catégories de salariés, autour du principe d'un jour indemnisé pour un jour cotisé et ce à partir de 4 mois de cotisation sur les 28 mois précédents. C'est plus avantageux que le système actuel mais ces dispositions deviennent caduques si le salarié connaît des périodes de chômage rapprochées : il lui faudra ainsi travailler plus de 6 mois entre deux périodes s'il veut être indemnisé. Une disposition que critique la CFTC.

Par ailleurs, l'accord prévoit une réduction des cotisations si le régime de l'assurance chômage est excédentaire de 500 millions d'euros par semestre. Cela ne permet pas de "prendre en compte l'évolution de la situation financière du régime et l'évolution de l'emploi", selon la CFTC.

Donnez votre avis sur le projet de réforme

Autour du même sujet

Annonces Google