Ces entrepreneurs sociaux qui réussissent Websourd offre la communication aux sourds

le dispositif de traduction à distance en langue des signes.
Le dispositif de traduction à distance en langue des signes. © Websourd

"Websourd, c'est la rencontre entre deux mouvements militants : celui des sourds et celui des coopératives." François Goudenove, PDG de cette société coopérative d'intérêt général (SCIC), se souvient de la genèse de son entreprise. "En 2001, nous avons créé une association pour en étudier la faisabilité. Deux ans plus tard, la coopérative voyait le jour."

Axée sur le développement de nouvelles technologies au service des sourds, l'activité de la société s'articule autour de trois thématiques. D'abord, Websourd, qui réalise 1,2 million d'euros de chiffre d'affaires annuel, édite un site Internet d'information à destination des déficients auditifs. Ensuite, l'entreprise développe des technologies de traduction par Internet : des interprètes en langue des signes travaillent par webcam pour le compte d'entreprises et d'administrations. Enfin, l'automatisation des messages permettra par exemple aux usagers de la SNCF de comprendre les annonces en gare grâce à un avatar qui s'animera sur des écrans.

Au-delà d'une activité à l'intérêt social évident, l'entreprise emploie 12 sourds sur 17 salariés. "Les sourds ayant rarement de diplômes, cela implique de revoir complètement nos critères de recrutement", explique le PDG. Et comme les salariés sont aussi les sociétaires, une formation en langue des signes sur les questions de gestion de l'entreprise est dispensée la veille de chaque assemblée générale. "Les discussions sont plus claires dès lors que les sociétaires comprennent les mécaniques stratégiques et financières de la coopérative."

Petites entreprises / Chiffre d'affaires