Transition énergétique : ces innovations bonnes pour la planète

Les marques parlent aux lecteurs du JDN - en savoir plus ?

Transition énergétique : ces innovations bonnes pour la planète Pour réussir la transition énergétique, chercheurs et industriels doivent faire preuve d'imagination. C'est qu'il s'agit d'investir de nouvelles sources d'énergie propre, d'optimiser celles qui existent et de changer nos habitudes énergivores.

Pour l'Agence Internationale de l'Énergie (AIE), le succès de la lutte contre le réchauffement climatique est étroitement lié à la transition énergétique. Dans un rapport publié début mai, cette agence de l'OCDE plaidait pour l'augmentation substantielle des dépenses publiques et privées consacrées à la recherche dans les technologies de production d'énergie décarbonée. Pour elle, les énergies renouvelables devraient pouvoir couvrir d'ici 2100 l'équivalent de 50% de la demande d'énergie primaire au niveau mondial contre 22% aujourd'hui. Un sacré défi. Pourtant de récentes innovations technologiques autorisent un certain optimisme, que ce soit pour optimiser la production d'énergies renouvelables et modérer nos usages énergivores. 

La start-up suisse LEDsafari a conçu un kit permettant à quiconque de fabriquer une lampe solaire

Ce sont parfois des inventions anodines. Mais leur addition ouvre des perspectives. Jugez plutôt. La start-up suisse LEDsafari a conçu un kit permettant à quiconque de fabriquer une lampe solaire. La société danoise Nordic Power Converters (NPC) a réussi, elle, à mettre au point un transformateur d'une durée de vie deux à cinq fois plus longue permettant ainsi de prolonger la vie des milliards de LED dans la mesure où 50% d'entre elles arrêtent de fonctionner à cause d'une panne du transformateur. Voilà pour notre quotidien.

Tous les projets de transition énergétique sont bons à prendre. Ainsi, en Martinique, Nemo (New Energy for Martinique and Overseas) s'apprête à valoriser l'énergie thermique des mers (ETM). Cette plateforme ira puiser la fraîcheur des eaux profondes pour produire de l'électricité, grâce au procédé de l'échangeur de chaleur. Les énergies renouvelables ne sont pas en reste. Dans le domaine de l'éolien aussi les choses avancent. Eolos Floating Lidar Solutions, a ainsi conçu des plateformes flottantes et sans maintenances capables de mesurer la force du vent au large et ainsi faciliter l'installation d'éoliennes au large des mers en diminuant ainsi les coûts des projets. A terre, la production éolienne est souvent contrariée par le voisinage de stations météos ou de sites militaires. En effet éolienne et radars ne font pas bon ménage. Leur présence peut faire annoncer des orages inexistants ou voir des avions en double. Qu'à cela ne tienne, EDF va installer le premier parc d'éoliennes « furtives »  au monde, près de Perpignan, afin de cohabiter avec un radar de Météo-France.

Dans le solaire aussi, cela bouge. L'innovation est indispensable pour accroître le rendement et diminuer le coût de cette énergie renouvelable. En effet, les panneaux photovoltaïques peuvent perdre jusqu'à 35% de leur production s'ils sont envahis de poussière. Du coup, des chercheurs de l'Université Catholique de Louvain (UCL) ont mis au point un verre « autonettoyant » qui possède un revêtement « super hydrophobe », c'est-à-dire que l'eau est repoussée par la surface en emportant avec elle toutes les petites poussières et autre grains de sable. Dans le même registre, Eccopia, une entreprise israélienne, a imaginé un robot qui nettoie à sec les panneaux photovoltaïques. Un système adapté aux centrales situées dans des milieux arides. Les chercheurs s'activent aussi pour optimiser le rendement des panneaux en travaillant sur les températures d'exposition, les formes des cellules et les matériaux. Et dans ce domaine, la France est en pointe.


Lire aussi :

Crome généralise les bornes de recharge rapide et universelle

Les stations de ski à l'heure des économies d'énergie

La maison connectée au service de l'efficacité énergétique



Annonces Google