Pourquoi il ne faut pas créer sa start-up dans la Silicon Valley Recruter et communiquer est hors de prix

Dans la Silicon Valley, les coûts de développement peuvent s'avérer exorbitants. Difficile de recruter un très bon ingénieur quand les géants de la vallée les attirent à coups de salaires confortables, de couverture sociale et d'avantages en tous genres. Un développeur coûte cher. Pour le recruter sans égaler les avantages des concurrents bien installés, il est nécessaire de pouvoir l'intéresser avec un superbe projet. Autre inconvénient : une fois engagé, l'ingénieur peut partir très facilement, du jour au lendemain, s'il estime que l'herbe est plus verte ailleurs. En Europe, les salaires sont plus faibles, et les salariés plus fidèles.

Des coûts marketing sans commune mesure

Les coûts d'acquisition client sont sans commune mesure en France et aux Etats-Unis. Concurrence plus rude, pays bien plus grand... Dans la Silicon Valley, "les coûts de communication d'un produit en mode direct sont bien plus élevés qu'en France", assure Xavier Wartelle. Conséquence : "il ne faut pas que les couts d'acquisition client soient plus élevés que le produit." Quitte à devoir repenser totalement la stratégie et repenser la manière dont on attaque le marché, "en passant en mode freemium, par exemple".

"Les Français ont du mal à accepter de dévouer autant de budget au marketing ", souligne le CEO de Hubtech. Car aux Etats-Unis, il n'est pas rare de devoir y consacrer bien plus de ressources qu'en R&D, lorsqu'il s'agit d'une société en B2C.

B to C / Concurrence