Partager cet article

RSS
Journal du Net > Management >  Entrée en Bourse : mode d'emploi
ENTREPRISE
 
25/01/2006

Entrée en Bourse : mode d'emploi

Etablir un prospectus, obtenir l'aval de l'AMF, rencontrer les investisseurs et surtout choisir le bon moment… Les étapes clés d'une opération stratégique qui s'étale sur six mois.
  Envoyer Imprimer  

Sites
  Euronext
  AMF
  Gilbert Dupont

L'introduction en Bourse a pour vocation d'être un formidable accélérateur pour le développement d'une entreprise. Toutefois, pour en retirer les bénéfices, il s'agit de bien la préparer. Si le choix du marché - réglementé comme Eurolist, non réglementé comme Alternext, ou libre - impliquent des approches qui peuvent être différentes, il est quand même possible d'établir une feuille de route générale. Les explications et conseils de Didier Demeestère, directeur général de Gilbert Dupont, société de Bourse ayant réalisé 27 introductions depuis 1998.

 

1
  Choisir le bon moment

N'importe quelle société ne peut pas s'introduire en Bourse sans un projet précis et une bonne croissance. "Il faut d'abord vérifier que l'entreprise est susceptible d'intéresser des investisseurs financiers, note Didier Demeestère, c'est-à-dire qu'elle ait un véritable projet de développement, organique ou par acquisition. D'après moi, un investisseur ne doit pas venir se substituer à un actionnaire qui aurait comme principal objectif de sortir du capital de l'entreprise." Il est également conseillé d'avoir un certain nombre d'années d'existence, ne serait-ce que pour pouvoir présenter les bilans de plusieurs exercices comptables à l'AMF, l'Autorité des marchés financiers. Si une croissance positive est obligatoire, avoir atteint la rentabilité est fortement conseillé aujourd'hui, surtout depuis la bulle Internet. Enfin, il est important de choisir la bonne fenêtre de tir. L'entreprise doit surveiller le marché (comment se comporte le Cac 40 ?) et les acteurs qui lui sont comparables : les sociétés présentes sur le même secteur et de taille analogue qui viennent de s'introduire en Bourse ou qui y ont une certaine ancienneté. Ont-ils réussi ou échoué ? A combien se monte leur valorisation ? Les échanges sur le marché sont-ils dynamiques ? Autant de questions à se poser avant de se lancer.

 
2
  Etablir un prospectus

Le prospectus est un dossier obligatoire qui sera soumis à l'AMF, dont la mission est de protéger l'épargne. Il comprend entre autre :
- une présentation juridique et commerciale de la société
- les rapports financiers des deux ou trois exercices précédents
- les tenants et aboutissants du projet de l'entreprise
- sa stratégie

"La préparation du prospectus nécessite environ trois mois", précise Didier Demeestère. Une bonne tenue des comptes et des informations concernant l'entreprise permet de gagner du temps. En outre, la constitution de ce dossier mobilise plusieurs acteurs, internes ou externes : juristes et comptables, agence de communication financière, mais aussi banque introductrice ou société financière. Cette dernière est l'intermédiaire incontournable entre l'entreprise et les autorités de régulation.

 
3
  Obtenir le visa de l'AMF
Pratique
 
Alternext, mode d'emploi
 
Réussir sa communication financière

Le prospectus est ensuite déposé auprès de l'AMF pour validation de la demande. L'instruction du dossier dure environ un mois et demi à deux mois durant lesquels l'entreprise peut être sollicitée à tout moment pour répondre aux questions de l'AMF et fournir d'autres documents. Là encore c'est la banque introductrice ou la société financière qui fait le lien avec les autorités de tutelle : l'AMF et Euronext. A la fin de l'instruction, l'AMF délivre ou pas un visa autorisant l'entreprise à s'introduire en Bourse. Contrairement à Eurolist ou Alternext, le marché libre n'est pas soumis aux mêmes contraintes car il n'offre pas de garantie aux investisseurs. Il ne nécessite pas d'ancienneté, mais seulement un document avec les statuts, une lettre d'intention de l'intermédiaire indiquant la valorisation et sa justification. Ce sont les membres des marchés réglementés - intermédiaires cités plus haut - qui endossent la responsabilité du placement.

 
4
  Rencontrer les investisseurs

Vient ensuite la phase de "marketing", ou roadshow. L'entreprise est amenée à rencontrer des investisseurs par l'intermédiaire d'un PSI (prestataire de service d'investissement), autrement dit une société de Bourse. Aujourd'hui, on compte une soixantaine de sociétés de ce type agréées pour Euronext, avec chacune ses spécificités. Les particuliers ne représentent qu'une part minime des investisseurs. Ces premiers rendez-vous (one to one, petits déjeuners...) sont suivis d'une présentation de l'entreprise à la communauté financière et aux autres sociétés de Bourse. Ensuite a lieu le placement, c'est-à-dire la mise à disposition des actions de l'entreprise. Cette phase dure généralement dix jours. "La valorisation de l'entreprise est fixée à partir d'une analyse financière qui détermine un prix d'équilibre auquel on soustrait une décote de 15 à 20 % pour intéresser les investisseurs, détaille Didier Demeestères. La fourchette, validée par l'AMF, oscille entre plus ou moins 7,5 % du prix après décote. Et ce sont les ordres des clients, enregistrés par le PSI qui déterminent le prix final de l'introduction." Elle est alors proposée à l'entreprise pour validation. Le premier jour de cotation capte toutes les attentions car c'est un indicateur privilégié pour savoir si l'opération est une réussite ou pas. Le second jour valide la tendance.

 
5
  Assurer le suivi

S'introduire en Bourse n'est pas une fin mais un début, car l'entreprise est tenue d'assurer un suivi et de répondre à des rendez-vous obligatoires : publication trimestrielle des comptes pour Eurolist, uniquement semestrielle et annuelle (comptes certifiés) pour Alternext. Toute opération affectant les titres de l'entreprise doit également être signalée. "L'introduction en Bourse est le plus intéressant levier pour financer sa croissance, c'est un choix impliquant et très médiatisé", prévient Didier Demeestère. Plus que jamais l'entreprise doit maîtriser l'information qui circule à son sujet. "La Bourse agit comme un aiguillon qui, par une régulière remise en cause, exige des efforts internes et force à l'excellence." Le PSI est également présent dans le suivi post-introduction. "Il s'agit d'organiser des rencontres avec les investisseurs, de réaliser un suivi en analyse financière, et d'assurer la liquidité du titre en permanence", ajoute-t-il. A noter : le coût d'une opération en Bourse représente généralement entre 4 et 8 % des capitaux levés par l'entreprise.

 

JDN Management Envoyer Imprimer Haut de page
A VOIR EGALEMENT

Sondage

Souhaitez-vous changer de job d'ici la fin de l'année ?

Tous les sondages

BOURSE

RUBRIQUES

Tous nos articles