Envoyer Imprimer
Jean-Claude Mailly (FO) et Philippe Martinez (CGT) lors d'une réunion intersyndicale réclamant l'abrogation de la loi El Khomry, à Nantes, le 7 septembre 2016 (Photo LOIC VENANCE/AFP/Archives)

Vendredi 21 avril 2017, 14h12
Plusieurs dizaines de structures syndicales, essentiellement de la CGT et de SUD, organisent samedi à Paris un "1er tour social" à la veille du premier tour de la présidentielle, pour montrer que "c'est à la rue d'imposer son programme" quelle que soit l'issue du scrutin.

Une soixantaine de syndicats d'entreprises, structures départementales, fédérations et collectifs (CGT Goodyear, CGT Info'Com, SUD Commerces, SUD Education, SUD PTT, Droit au logement, "Justice pour Théo"...) appellent à un rassemblement samedi à 14h00 place de la République, suivi d'une manifestation jusqu'à Bastille.

"La préfecture nous a donné l'autorisation de manifester", a déclaré à l'AFP Gaël Quirante, de Sud Poste 92.

Cette initiative inédite à la veille d'un premier tour de présidentielle vise à "dire avec force que, quel que soit le résultat de la présidentielle, c'est à la rue d'imposer son programme social", a-t-il expliqué.

Le mouvement, qui n'est pas soutenu par les organisations au niveau national, est né de la mobilisation contre la loi travail et "vient de la base", a expliqué de son côté Laurent Degousée, de Sud Commerce.

"Certains disent qu'ils préparent le troisième tour social: eh bien prenons un peu d'avance !", a-t-il commenté, précisant que le mouvement ne prenait parti pour aucun candidat: "c'est un message à la population, à ceux qui se battent, pour dire qu'il n'y a que la mobilisation sociale qui puisse renverser le cours des choses".

Envoyer Imprimer


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2017 Agence France-Presse. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité Economie   Haut de page
 

Annonces Google

 

Sondage

Le montant des salaires des grands patrons français vous choque-t-il ?

Tous les sondages