Envoyer Imprimer
La CGT et SUD sont opposés au dispositif qui, selon eux, ne règle pas le problème des "dépassements d'horaires endémiques" (Photo ERIC PIERMONT/AFP/Archives)

Mercredi 15 mars 2017, 19h47
L'Unsa-ferroviaire a décidé mercredi de signer le projet de forfait jours pour 30.000 cadres et agents de maîtrise de la SNCF, permettant ainsi à l'accord de devenir majoritaire, a annoncé le syndicat.

Le sort du projet, approuvé déjà il y a une semaine par la CFDT, reposait sur la position de l'Unsa.

La CGT et SUD, premier et troisième syndicats à la SNCF mais minoritaires dans l'encadrement, sont opposés à ce projet et au principe d'un dispositif qui, selon eux, ne règle pas le problème des "dépassements d'horaires endémiques".

Selon un porte-parole de l'Unsa, le bureau fédéral de l'organisation a donné son feu vert après avoir obtenu lundi une série de documents touchant notamment à la mesure de la charge de travail et au fonctionnement de l'outil auto-déclaratif du temps de travail.

"La fourniture de ces éléments techniques a fait basculer la décision", a-t-il précisé.

L'Unsa a néanmoins ajouté une "réserve juridique" à sa signature portant sur le fait que "deux types" de forfaits sont proposés, 210 jours travaillés par an pour les agents des directions centrales et régionales et 205 jours pour les encadrants de terrain, qui bénéficieront d'une "prime d'autonomie" (plus de 50 à 100 euros nets mensuels).

Cet accord, salué auprès de l'AFP comme "une bonne nouvelle pour l'entreprise et les salariés" par le DRH du groupe ferroviaire public, Jean-Marc Ambrosini, est le fruit de plusieurs mois de dialogue.

Les discussions avaient été arrêtées le 12 décembre par la direction, qui avait dans un premier temps décidé de s'appuyer sur l'accord de branche existant pour proposer ce cadre de travail dérogatoire.

Dans un régime au forfait jours, réservé aux salariés "autonomes", le temps de travail n'est plus décompté en heures mais en jours, supprimant ainsi le paiement des heures supplémentaires. Outre un accord collectif, il nécessite l'accord individuel du salarié.

"Cet accord vient reconnaître l'engagement de notre management" et "des pratiques managériales fondées sur la confiance", "il ne vise pas à allonger la durée de travail mais à l'organiser de façon plus souple" pour répondre aux spécificités des métiers du ferroviaire, a souligné le DRH.

Le texte apporte suffisamment de "garanties pour la préservation et la protection des équilibres entre vie professionnelle et vie privée des cheminots de l’encadrement", estime la CFDT, au contraire de la CGT et de SUD.

Une "phase transitoire de six mois" est prévue par l'accord pour mettre en oeuvre le nouveau régime, a précisé M. Ambrosini.

Envoyer Imprimer


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2017 Agence France-Presse. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité Economie   Haut de page
 

Annonces Google

 

Sondage

Le montant des salaires des grands patrons français vous choque-t-il ?

Tous les sondages