Envoyer Imprimer
Le siège de Thyssenkrupp à Essen en Allemagne, le 11 décembre 2012 (Photo PATRIK STOLLARZ/AFP/Archives)

Mardi 11 juillet 2017, 11h56
Le conglomérat allemand Thyssenkrupp, qui s'attend à une perte nette cette année, a annoncé mardi un plan d'économies prévoyant la suppression de 2.000 à 2.500 emplois dans l'administration d'ici 2020, dont environ la moitié en Allemagne.

Le géant de l'industrie et de la sidérurgie, dont les services administratifs emploient au total quelque 18.000 salariés, veut ainsi économiser 400 millions d'euros par an, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Le groupe a promis de "tout faire" pour éviter les licenciements secs.

La nouvelle faisait sans surprise plaisir aux investisseurs à la Bourse de Francfort: l'action du groupe grimpait d'environ 2,5% vers 09H00 GMT, en tête d'un indice Dax en légère progression.

Ces mesures sont dans la lignée d'un plan d'économies lancé en 2010/11, qui portait notamment sur les achats et processus industriels. Il a permis à l'entreprise de réduire ses coûts entre 800 millions et 1 milliard d'euros par an, a expliqué Thyssenkrupp.

Le groupe, en pleine réorientation sur ses activités industrielles et ses services au détriment de l'acier, a estimé toutefois que des progrès restaient à faire dans les services administratifs, dont les coûts, à 2,4 milliards par an, sont "nettement trop élevés".

Thyssenkrupp avait annoncé en février que ses comptes tomberaient dans le rouge à l'issue de son exercice décalé 2016/17, après la vente à perte de son aciérie brésilienne.

Auparavant, il avait visé "une nette amélioration" de son bénéfice net annuel par rapport aux 296 millions d'euros générés sur l'exercice 2015/16.

Le groupe fabrique aussi des ascenseurs, sa principale source de bénéfices, ainsi que des sous-marins, des composants automobiles et propose des installations industrielles clé en main.

L'acier représente désormais moins d'un quart de ses revenus et la volatilité accentuée d'un marché sidérurgique plombé par l'afflux d'acier chinois à bas prix a convaincu le groupe de chercher à devenir moins dépendant de cette activité historique.

Envoyer Imprimer


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2017 Agence France-Presse. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité Economie   Haut de page
 

Annonces Google

 

Sondage

Le montant des salaires des grands patrons français vous choque-t-il ?

Tous les sondages