Envoyer Imprimer
Lakshmi Mittal, PDG du numéro un mondial de l'acier, ici à Paris le 10 avril 2015 (Photo ALAIN JOCARD/AFP/Archives)

Lundi 19 juin 2017, 19h17
L'acquisition du sidérurgiste italien Ilva représente "une grande opportunité" pour le groupe ArcelorMittal, qui veut en faire "un actif de premier ordre", a déclaré lundi Lakshmi Mittal, PDG du numéro un mondial de l'acier.

"Ilva offre une forte complémentarité avec notre activité", a déclaré M. Mittal lors d'une conférence téléphonique, pour commenter le feu vert de Rome au rachat d'Ilva vendredi dernier.

"Nous avons un plan solide pour transformer les actifs d'Ilva, rétablir sa compétitivité et sa position commerciale", a dit Lakshmi Mittal.

Ilva dispose du plus grand site sidérurgique d'Europe, situé dans le pays, l'Italie, qui est le deuxième consommateur d'acier européen, a-t-il ajouté.

Le consortium mené par ArcelorMittal, qui comprend aussi le sidérurgiste italien Marcegaglia et la banque Intesa Sanpaolo, a annoncé vendredi avoir obtenu l'accord final de Rome pour la reprise d'Ilva.

Le consortium, Am Investco Italy, a offert un prix d'achat de 1,8 milliard d'euros, auquel s'ajoute un programme d'investissements de 2,4 milliards d'euros, dont 1,3 milliard pour la partie industrielle et 1,1 milliard pour l'amélioration de la performance environnementale.

Marcegaglia et Banca Intesa Sanpaolo investissent ensemble 200 millions sur le prix d'achat de 1,8 milliard d'euros, soit une part d'un peu plus de 11% dans la coentreprise, à peu près à égalité entre les deux, a précisé le directeur financier du groupe Aditya Mittal, également directeur général d'ArcelorMittal Europe.

Dans un premier temps, et pour une période d'au minimum deux ans, Am Investco louera les actifs d'Ilva, avant l'achat proprement dit qui interviendra avec la levée des procédures de saisies en cours. La location débutera en fin d'année.

La plan d'ArcelorMittal prévoit de porter la production de produits finis à 8,5 millions de tonnes en 2020, contre 6 millions de tonnes en 2016. La production d'acier brut de l'usine de Tarente (6 Mt) sera complétée par des importation de brames et bobines.

La production finale devrait ensuite croître progressivement jusqu'à 9,5 millions de tonnes en 2023, grâce à la remise en service du haut fourneau 5, le plus grand du site, qui apportera 2 millions de tonnes d'acier brut. ArcelorMittal y consacrera 225 millions d'euros, sur les 1,3 milliard du programme global.

Ilva "ne réalise pas son potentiel d'actif de premier plan (...) Nous allons refaire d'Ilva un leader sur son marché intérieur", a commenté Aditya Mittal.

L'intégration d'Ilva doit générer 310 millions de synergies d'ici 2020. L'opération devrait avoir un impact positif sur l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) d'ArcelorMittal dès la première année, puis contribuer positivement à la génération de trésorerie à partir de la troisième année.

Selon l'accord, ArcelorMittal intégrera Ilva avec un effectif de 10.000 personnes, inférieur au niveau de 2016, a précisé Aditya Mittal.

Outre l'aciérie intégrée de Tarente, Ilva compte aussi des lignes de laminage et finition à Gênes et Novi Ligure.

Envoyer Imprimer


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2017 Agence France-Presse. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité Economie   Haut de page
 

Annonces Google

 

Sondage

Le montant des salaires des grands patrons français vous choque-t-il ?

Tous les sondages