Envoyer Imprimer
Vue aérienne de Bordeaux et de l'église Saint-Michel, le 3 juin 2017 (Photo NICOLAS TUCAT/AFP/Archives)

Lundi 10 juillet 2017, 20h18
Le conseil municipal de Bordeaux, sous la présidence de son maire, Alain Juppé, a voté lundi l'obligation de s'enregistrer en mairie pour toute personne désirant louer son logement sur une plateforme numérique et a limité cette location à un délai de 120 jours par an pour les particuliers.

Après Paris, Bordeaux a décidé d'encadrer ces types de location conformément au décret "Airbnb" paru au journal officiel du 30 avril qui autorise les grandes villes à contraindre les loueurs à se faire connaître en mairie.

Les particuliers, après déclaration pour s’acquitter de la taxe de séjour, pourront louer leur résidence principale jusqu'à quatre mois par an. Au delà, ils devront effectuer "un changement d'usage" de leur bien, a expliqué à l'AFP Stephan Delaux, adjoint au maire en charge du tourisme.

Cette mesure a été prise pour éviter que des quartiers comme le coeur de Bordeaux deviennent exclusivement touristiques et mettre fin à une concurrence déloyale pour les hôteliers.

"On souhaite que la ville reste une ville de résidents avec des touristes. Il faut garder un certain équilibre", selon M. Delaux, afin de permettre aux jeunes couples ou encore aux étudiants de louer à l'année dans le centre de Bordeaux.

Parmi la dizaine de plateformes locatives, les statistiques du site Airbnb font état de 6.000 locations sur cette plateforme fin 2016 à Bordeaux. "La croissance du nombre d’hébergements concernés est exponentielle, + 200% entre 2013 et 2014, + 100% en 2015, et + 100% en 2016", a précisé la mairie de Bordeaux.

Envoyer Imprimer


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2017 Agence France-Presse. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité Economie   Haut de page
 

Annonces Google

 

Sondage

Le montant des salaires des grands patrons français vous choque-t-il ?

Tous les sondages