Envoyer Imprimer
Un A320neo au décollage, à l'occasion de son premier vol d'essai, le 25 septembre 2014 à Blagnac, près de Toulouse (Photo ERIC CABANIS/afp.com)

Mercredi 15 novembre 2017, 16h29
Airbus et Boeing ont poursuivi mercredi leur compétition acharnée sur le segment moyen-courrier, l'européen annonçant la plus grosse commande de son histoire, à laquelle Boeing a répondu avec un énorme contrat pour 225 appareils.

Airbus a placé 430 moyen-courriers re-motorisés de la famille A320neo auprès du fonds d'investissement spécialisé dans le transport aérien Indigo Partners, pour 49,5 milliards de dollars (quelque 42 milliards d'euros), à l'occasion du salon aéronautique de Dubaï.

Boeing a répliqué quelques heures plus tard avec une commande de la compagnie du Golfe flydubai pour 225 avions 737 MAX, dont 175 fermes, pour une valeur totale de 27 milliards de dollars (22,8 milliards d'euros) au prix catalogue.

Cerise sur le gâteau, Airbus a annoncé ensuite une confirmation de commande pour 90 A320neo par le loueur CDB Aviation Lease Finance, pour un montant de 5,1 milliards de dollars (4,35 milliards d'euros).

Un moteur LEAP-1A qui équipe les A320neo. Il est produit par CFM, une coentreprise entre Safran et General Electric (Photo REMY GABALDA/afp.com)

Leurs montants définitifs ne sont pas connus, mais il est de tradition que les avionneurs accordent des remises sur le prix catalogue, en fonction du volume de la commande.

"Je me félicite de cette nouvelle marque de confiance exprimée par des compagnies aériennes majeures qui s'engagent dans cet accord commercial sans précédent", s'est félicité Fabrice Brégier, le directeur général délégué d'Airbus, auprès de l'AFP.

"C'est un succès écrasant pour Airbus et ses appareils A320 dans le transport aérien mondial", a-t-il ajouté.

Mais avec la commande de flydubai, Boeing maintient la pression sur l'avionneur européen.

"Ce contrat représente la plus importante commande de mono-couloirs (moyen-courrier, NDLR) en volume et en valeur de la part d'une compagnie du Moyen-Orient", a souligné la compagnie américaine.

Les deux géants de l'aéronautique se livrent un combat acharné sur le moyen-courrier, qui représente près de 70% du marché en volume. Ce segment est porté par les compagnies "low-cost".

Un Boeing 737 Max au salon aéronautique du Bourget, le 22 juin 2017 (Photo ERIC PIERMONT/afp.com)

Le 737 MAX et l'A320neo sont les versions re-motorisées des appareils à succès des deux avionneurs, dotés de moteurs de nouvelle génération qui leur permettent de réduire de 15% la consommation de carburant par rapport aux actuels A320ceo et 737 NG.

Airbus devance pour l'heure son rival américain sur le segment des moyen-courriers re-motorisés, avec plus de 55% de parts de marché.

"Cet engagement significatif pour 430 appareils supplémentaires souligne notre optimisme sur le potentiel de croissance de notre famille de compagnies aériennes low-cost, ainsi que notre confiance dans la famille A320neo comme plate-forme de cette croissance", a indiqué Bill Franke, le patron et fondateur d'Indigo Partners, l'une des figures les plus influentes du monde aérien.

A la Bourse de Paris, le titre Airbus prenait 1,75% à 13H40 (12H40 GMT), à 85 euros, dans un marché en baisse de 0,56%.

- L'A320, best-seller -

La commande d'Airbus (273 A320neo et 157 A321neo) sera allouée aux compagnies low-cost Frontier Airlines (États-Unis), JetSMART (Chili), Volaris (Mexique) et Wizz Air (Hongrie).

Grâce à cette commande, le carnet d'Airbus devrait désormais dépasser les 5.500 appareils commandés depuis le lancement de l'A320neo en 2010. Boeing avait avant le salon engrangé plus de 4.000 commandes pour les différentes versions du 737 MAX.

Elle permet à l'avionneur européen de renforcer son carnet de commandes pour 2017, qui était jusqu'alors à la traîne de Boeing.

Surtout, Airbus affiche ainsi plus de 13.700 commandes reçues pour l'A320, toutes versions confondues, depuis son entrée en service en 1988, ce qui en fait l'un des avions les plus vendus de l'histoire de l'aviation.

Le carnet de commandes d'Airbus devrait dépasser les 7.000 appareils avec cette commande, soit environ neuf années de production au rythme actuel.

Cette commande est enfin l'un des derniers grands coups de l'emblématique directeur commercial d'Airbus, John Leahy, qui se prépare à quitter le groupe après avoir vendu près de 15.000 avions durant sa carrière et a ainsi contribué à hisser Airbus au rang de géant de l'aéronautique.

Reste qu'Airbus espérait concrétiser une autre méga-commande à l'occasion du salon, pour plus de 30 A380, son vaisseau amiral sur le long-courrier, avec Emirates. Mais l'avionneur devra encore patienter et les discussions se poursuivent.

C'est au contraire Boeing qui lui a volé la vedette sur le long-courrier. La compagnie du Golfe a annoncé dimanche, au premier jour du salon, la commande de 40 Boeing 787-10 Dreamliner pour un prix catalogue de 15,1 milliards de dollars.

Envoyer Imprimer


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2017 Agence France-Presse. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité Economie   Haut de page
 

Annonces Google

 

Sondage

Le montant des salaires des grands patrons français vous choque-t-il ?

Tous les sondages