Envoyer Imprimer
Centre de livraisons de Boeing pour les 737 à Seattle, le 19 octobre 2015 (Photo STEPHEN BRASHEAR/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives)

Lundi 19 juin 2017, 13h28
Boeing a annoncé lundi, au premier jour du salon aéronautique du Bourget, le lancement d'une version allongée de son moyen-courrier, le 737 MAX-10, destinée à contrer la concurrence farouche que lui oppose Airbus et son A321neo, et dans la foulée une série de commandes.

"Aujourd'hui, nous avons le plaisir d'annoncer officiellement le tout dernier membre de la famille 737, le MAX 10", a déclaré devant la presse Kevin McAllister, le patron de la branche aviation civile de Boeing.

"Il sera le plus grand et le plus performant membre de la famille MAX", a-t-il ajouté. Il sera "le mono-couloir le plus performant dans les cieux."

Ce mono-couloir de 190 à 230 sièges, le plus grand membre de la famille 737, doit entrer en service d'ici à 2020. Le MAX 10, qui vient compléter la gamme mono-couloir du géant de Seattle (737 MAX 7, 8 et 9), offrira 5% de réduction du coût d'exploitation par siège par rapport à l'A321neo, assure Boeing.

"Potentiellement, le 737 MAX-10 pourrait se tailler 20% à 25% de parts de marché sur le segment des mono-couloirs au cours des vingt prochaines années", a assuré le patron de Boeing, Dennis Muilenberg, à la veille du salon.

Selon Boeing, 240 exemplaires ont déjà été vendus auprès de dix clients.

Pour marquer d'emblée le succès qu'il remporte auprès des compagnies aériennes et des loueurs d'avions, le géant de Seattle a dans la foulée divulgué plusieurs commandes, dont la première provenait du loueur d'avions BOC Aviation. Il s'agit d'un protocole d'accord pour dix MAX 10 pour un montant de 1,25 milliard de dollars, qui doit encore être finalisé dans les prochains mois.

- frapper fort -

Il a ensuite annoncé la conversion d'une précédente commande de vingt 737 MAX pour autant de MAX 10 par GE Capital Aviation (Gecas) la société de location d'avion du conglomérat General Electric, sans préciser le montant.

Boeing a par ailleurs dévoilé un protocole d'accord avec CDB Aviation Lease Finance pour 42 moyen-courriers 737 MAX 8 et dix MAX 10, ainsi que huit long-courriers 787-9 "Dreamliner" pour un montant de 7,4 milliards de dollars au prix catalogue.

Enfin, il a indiqué que le MAX 10 avait été sélectionné par le voyagiste TUI pour 18 exemplaires dans le cadre d'une précédente commande.

Boeing a ainsi voulu frapper fort car il doit relever le défi posé par son concurrent Airbus, qui se taille la part du lion sur le haut du segment des mono-couloirs avec son A321neo. Depuis son lancement il y a trois ans, la version allongée du blockbuster de l'Européen s'est imposé comme le leader incontesté sur le segment des mono-couloirs de plus de 200 sièges.

L'avionneur européen a déjà engrangé plus de 1.300 commandes pour la version allongée de son mono-couloir.

Grâce aux trois versions de la famille A320neo qui cumulent plus de 5.000 commandes, l'Européen revendique 60% de parts de marché sur le segment des moyen-courriers re-motorisés, loin devant les 3.700 commandes du 737 MAX reçues avant le Bourget par Boeing.

Airbus, qui n'entend pas se laisser rattrapper, n'est pas resté l'arme au pied. Il a annoncé lundi une commande ferme pour 100 A320neo par GE Capital d'une valeur de plus de 10 milliards de dollars au prix catalogue.

Le petit frère du MAX 10, le 737 MAX 9, devait effectuer dans l'après-midi lundi au Bourget des démonstrations en vol pour sa première dans un salon aéronautique, après un premier vol en avril. Capable d'emporter de 178 à 220 passagers sur une distance de 6.510 km, l'appareil, qui est également un concurrent de la famille A320, doit entrer en service commercial en 2018.

Envoyer Imprimer


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2017 Agence France-Presse. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité Economie   Haut de page
 

Annonces Google

 

Sondage

Le montant des salaires des grands patrons français vous choque-t-il ?

Tous les sondages