Envoyer Imprimer
Le logo du conglomérat chinois Wanda, le 13 octobre 2016 à Zurich (Photo FABRICE COFFRINI/AFP/Archives)

Lundi 17 juillet 2017, 13h27
La Chine envisage de mettre la pression sur le conglomérat Wanda, dirigé par le milliardaire Wang Jianlin, en interrompant les nouveaux prêts ainsi que les autorisations réglementaires pour les transactions, ont indiqué lundi des médias.

Le gouvernement entend ainsi sanctionner le groupe pour avoir violé les restrictions chinoises sur les investissements à l'étranger.

Cette rétorsion réglementaire marque un sérieux revers pour un groupe qui s'est récemment fortement développé et qui a été parmi les acteurs chinois les plus agressifs ayant procédé à de nombreuses acquisitions dans le monde, mais qui s'efforce désormais de réduire sa dette.

Afin d'endiguer une colossale hémorragie de capitaux, les autorités de régulation chinoises ont commencé l'an passé à imposer des restrictions aux entreprises sur les sorties d'argent du pays, mettant en garde contre des investissements "irrationnels".

Ainsi, six des grandes acquisitions effectuées par Wanda au cours de ces dernières années font l'objet d'une enquête par les régulateurs chinois, ont indiqué Bloomberg News et le Wall Street Journal.

Cela concerne notamment l'achat l'an passé du studio hollywoodien Legendary Entertainment -qui a produit notamment la dernière trilogie "Batman" et "Jurassic World"- pour 3,5 milliards de dollars, ainsi que des chaînes de cinéma américaine et nordique.

Les régulateurs bancaires ont rencontré plusieurs des plus grands établissements prêteurs d'Etat le 20 juin pour les informer de l'enquête effectuée par le gouvernement, a indiqué le Wall Street Journal, citant un document de l'une des banques concernées.

Ces informations arrivent juste une semaine après que Wanda a annoncé la vente de quelque 76 hôtels et presque toutes ses participations dans 13 projets dans le tourisme au promoteur immobilier Sunac pour 9,3 milliards de dollars, constituant, selon Bloomberg News, la plus importante transactions immobilière de Chine.

Les informations de lundi semblent indiquer que Wanda pourrait avoir effectué la transaction -- qui a surpris les marchés-- en désespoir de cause, alors que planait la menace d'une interruption des financements ainsi que des approbations réglementaires

Les actions de Wanda Hotel Development ont plongé de 7,25% à 0,64 dollar de Hong Kong lundi.

D'autres groupes qui, à l'instar de Wanda, se sont diversifiés rapidement en passant de l'immobilier au divertissement, aux parcs à thème, aux sports et autres secteurs, sont maintenant confrontés à des difficultés financières, ne pouvant rembourser les dettes engendrées en raison de leurs investissements massifs.

Dirigé par l'un des hommes les plus riches de la Chine, le groupe Wanda a admis le mois dernier que le régulateur bancaire chinois avait ordonné une enquête sur les prêts potentiellement risqués accordés aux grandes entreprises du pays qui ont massivement investi à l'étranger.

Le groupe avait aussi précisé que d'autres entreprises ayant investi massivement à l'étranger étaient dans le collimateur, dont Rossoneri Sport Investment Lux, un consortium qui a acheté récemment le club de football italien AC Milan, Fosun Group, propriétaire du Club Med, et HNA Group.

Ni le régulateur bancaire chinois ni Wanda n'ont fait de déclaration à la suite de ces informations.

Au cours des dernières années, Pékin a encouragé les entreprises à investir à l'étranger afin de conquérir de nouveaux marchés, d'accéder aux technologies et d'accroître l'influence des sociétés chinoises.

Mais le pays a dû inverser la tendance, s'inquiétant de la fuite des capitaux, de l'affaiblissement de la monnaie chinoise et d'acquisitions très discutables.

Le gouvernement chinois entend également endiguer l'octroi des prêts, dans un contexte d'inquiétude face à l'explosion de la dette chinoise.

Envoyer Imprimer


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2017 Agence France-Presse. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité Economie   Haut de page
 

Annonces Google

 

Sondage

Le montant des salaires des grands patrons français vous choque-t-il ?

Tous les sondages