Modem : "On est une forme de start-up"

Trois députés à l'Assemblée nationale, défaites aux législatives, aux municipales, notamment à Pau pour François Bayrou, et enfin aux européennes : le Modem ne ferait-il pas mieux de changer de chef ? On sent un petit agacement chez Marielle de Sarnez à l'écoute de cette question. "Heureusement qu'il y a François Bayrou, selon elle. Si François Bayrou n'était pas là, le Modem ne serait pas là. [...] On est un parti qui a deux ans. Vous voudriez déjà qu'on soit un parti installé dans la vie politique française comme si on était là depuis 30 ans. C'est tragique de conservatisme !" Pour sa Vice-présidente, le Modem est une petite entreprise : "On est une forme de start-up. On va essayer de grossir et de grandir".